Extraits

- "Jackie a toujours rêvé voler comme un oiseau.
Elle court, au bord de la falaise en poussant des rires de mouettes.
Elle court en étendant ses bras, en laissant claquer au vent son imperméable plumage de goéland.
Elle court pour prendre son élan et sauter. Elle saute. Elle saute. Elle vole ! Enfin, elle vole comme un oiseau. Libre. Elle caresse le bleu du ciel. Elle lèche le bleu du ciel. Elle vole. Libre.
Sauf cette putain de pesanteur qui lui plombe son envolée et qui l’attire vers en bas vers l’eau sombre. Elle tombe. Elle gesticule, rame, brasse, crawl dans l’air pour tenter de remonter.
Rien. Elle tombe. Elle hurle, prie, rie. Rien. Elle tombe. Elle appelle, elle freine, elle tente un parachute. Elle torche. Elle tombe. Elle voit les remous de l’eau. Les remous de l’eau. Les remous de l’eau. Les remous de l’eau. Les rem…
Jackie a toujours rêvé nager comme un poisson".


- " Sur l’autoroute ensanglantée, Jackie admire le carnage. Le vélo éclaté, les voiture déchirées, retournées, écrasées, le bus dans le fossé, les valises ouvertes, éventrées, les affaires éparpillées, les corps disloqués.

Sur l’autoroute ensanglantée, Jackie ramasse de la bouillie de tête, du pâté de ventre, de la purée d’enfant. Elle mélange en chantant et barbouille sur le goudron une tête à Toto. Son petit Toto à elle. Son tout-petit. Pour les yeux, deux cailloux noirs, pour les dents, des dents, pour le nez, un nez.

Sur l’autoroute ensanglantée, Jackie le trouve beau, son petit. Elle lui colle des genoux agenouillés et lui joint des mains en prière-d’enfant-de-chœur.
Sur l’autoroute ensanglantée, Jackie sourie à son petit et chante pour lui des Ave Maria de l’Allélouïa, des Ayez pitié de nous, des Pater Noster qui descendra des cieux dans ses petits souliers le jour du jugement dernier à cause des pauvres pêcheurs qui ne peuvent pas s’empêcher de pécher des tas de poissons jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus sauf la multiplication des pains que c’est comment qu’il a pu faire un truc pareil des miracles rendre la vue aux aveugles qui vont voir le monde tel qu’il est que c’est pas beau à voir avec la misère et les guerres et les morts affreuses et que ce serait un plus grand miracle que de rendre tous les gens aveugles pour qu’ils ne voient rien du malheur Amen Amen Amen Amen Amen Amen Amen..."







Aucun commentaire: